Es-tu pris au piège par tes pensées cachées ?

Voici la méthode en 4 étapes pour TRANSFORMER tes « pensées cachées » en alliés qui t’aident à résoudre JOYEUSEMENT tes problèmes STRESSANTS du quotidien.

La dernière fois que je me suis senti frustré, cette pensée tournait en boucle dans ma tête à la façon d’un disque rayé, sans même que je m’en aperçoive :

« Ce n’est pas possible de réussir ses projets personnels ou sa carrière et en même temps, faire ce qu’il faut pour avoir une vie de couple harmonieuse et épanouie, je dois choisir entre l’un ou l’autre ».

Peut-être que toi aussi tu pourrais avoir ce genre de pensées quand il s’agit d’amener de l’équilibre et de l’harmonie chez toi (et en toi) après une longue journée de travail.

Exemple : « Ce n’est pas possible de rentrer chez moi et d’être en paix avec ce métier, tel collègue ou telle personne qui a un impact négatif dans ma vie ».

Dans le langage de la PNL (programmation neurolinguistique), on appelle ça une « croyance limitante », on peut aussi appeler ça, une pensée cachée.

Décide de te tourner vers la vitalité, la fluidité et la sérénité.

Dès que tu vas commencer à « repérer » dans la vie de tous les jours, ces pensées qui tournent en boucle, tu vas pouvoir faire le vide plus facilement, t’en détacher, les regarder arriver et repartir.

vitalité

Tu ne seras plus le « jouet » ou la marionnette de tes pensées: Tu seras le PILOTE, celui qui dirige tes pensées consciemment vers des résultats plus joyeux.

C’est facile d’y arriver, il te suffit de repérer tranquillement la « pensée cachée » derrière une frustration ou un stress PUIS de l’écrire dans un petit carnet que tu portes sur toi tout le temps.

Cette simple action « de les noter », te rendra de plus en plus conscient et en « contrôle » de ton espace intérieur.

Une fois par semaine, tu pourras réaliser le petit exercice SYMPA que tu vas découvrir dans la suite de cet article.

Comment IDENTIFIER et TRANSFORMER joyeusement tes « pensées cachées » grâce à une méthode SIMPLE en 4 étapes.

Pour en revenir aux pensées cachées, sache qu’elles sont profondément enracinées dans ton mental et qu’elles sont les responsables de tes états de frustrations.

Elles t’empêchent d’accueillir certaines émotions et t’empêchent d’observer une situation avec une autre perspective, une perspective plus agréable, intelligente et bienveillante.

Ces pensées cachées bloquent ton énergie: Elles amènent les résultats frustrants qui parfois te mettent dans des états émotionnels incontrôlés tels que la colère, l’anxiété, la tristesse ou la peur.

Mais il y a une issue !

Ces pensées sont un résultat conditionné, le résultat d’anciennes expériences qui ont été vécues par le passé.

La seule action d’en prendre conscience, de prendre conscience que ces « pensées cachées » n’ont pas été choisies consciemment, libère et soulage d’un poids émotionnel énorme.

La seule prise de conscience que ces pensées se sont « incrustées sans te demander la permission » permet de prendre la liberté d’en choisir de nouvelles.

Et toi ?

Quelles sont ces pensées qui t’empêchent de te réaliser pleinement et qui te bloquent en permanence ou qui amènent de la négativité en toi ?

Attends, pas de panique!

Et maintenant, voici la méthode en 4 étapes pour les IDENTIFIER et t’en LIBÉRER par la même occasion :

Étape 1 : Si tu fais face à une situation qui amène de la frustration ou qui ne te convient pas, tu comprends que cette émotion est le résultat d’une pensée cachée que tu n’as pas « invitée à la soirée » 😉

Étape 2 : À lumière de cette compréhension, tu es maintenant LIBRE de choisir une nouvelle pensée, d’exercer ton imagination et ta créativité pour choisir d’y voir une opportunité au lieu d’y voir un obstacle.
Par exemple :

  • « C’est facile de réussir ses projets personnels et d’avoir une vie de couple harmonieuse, ces deux domaines de vie se complètent bien et contribuent au développement de chacun »
  • « C’est facile de rentrer chez moi et d’être en paix avec mon travail, chaque relation est le reflet de mes pensées, ces miroirs m’aident à comprendre ce que je crée de négatif en moi pour pouvoir le changer ».

Étape 3 : Si c’est encore difficile pour toi de changer de perspective, je te propose un exercice très simple et extrêmement puissant.

  • D’abord tu choisis la nouvelle perspective « celle en laquelle tu as encore du mal à croire »
  • Tu prends une feuille de papier et écris tout en haut : « pourquoi est-ce que c’est si facile pour moi de [la nouvelle perspective] », ex : « Pourquoi est-ce que c’est si facile pour moi de réussir ma carrière et mes projets tout en gardant une vie de couple harmonieuse et équilibrée ? »
  • Et tu vas écrire 20 raisons que tu vas trouver en moins de 15 minutes pour te « prouver » que cette nouvelle perspective peut maintenant être acceptée par ton inconscient et remplacer la « pensée cachée » qui était responsable de cette frustration.

Même si tu prends plus de 15 minutes, continue jusqu’au bout, les 5 dernières réponses pourraient bien te surprendre.

En plus, ton subconscient va IMPRIMER cette requête et tout au long de la journée, soirée ou des jours à venir, de nouvelles réponses vont venir…. Essaye cette technique, vraiment! C’est assez magique !

Plus GRAND est ton « POURQUOI », plus FACILE sera ton « COMMENT ». Jim Rohn

Étape 4 : La dernière étape va être d’accueillir en toi l’émotion de frustration que tu ne veux pas ressentir. La fuite n’aide pas, c’est par amour pour toi que tu peux maintenant t’autoriser à ressentir la partie de toi qui a souffert en observant la situation décevante à laquelle tu as fait face.

C’est un des meilleurs moyens, faciles et rapides que j’ai pu expérimenté pour mettre fin aux cycles de souffrances qui se répètent sans cesse.

Rappels :

  • Il y a des pensées cachées qui t’empêchent d’être heureux
  • Le simple fait « d’écrire » tes pensées cachées peut suffire à te détendre
  • Tu es libre de choisir de nouvelles pensées
  • Ta créativité te permet choisir de nouvelles pensées
  • Avec de nouvelles pensées, de nouvelles SOLUTIONS vont pouvoir apparaître

Pour aller plus loin, je te propose d’écrire maintenant dans les commentaires ci-dessous, les premières pensées cachées qui te viennent à l’esprit.

Je me ferai un plaisir de t’aider à les retourner à ton avantage.

Arrêtez de lutter contre les pensées négatives!

Mettons nous en situation.

Imaginons que vous ayez passé une dure journée de travail. Vous vous êtes disputé avec votre patron sur un sujet quelconque. Il ne vous a pas écouté et a sous entendu que vous étiez incompétent. Peu importe, je veux juste vous mettre en condition. Imaginez que vous soyez bien énervé. Vous montez dans votre voiture. Vous vous ressassez les événements et vous rejouez la pièce indéfiniment. Le soir vous rentrez chez pour en parler à vos amis, votre famille, votre conjoint. Vous continuez de ressasser.

Vous allez vous coucher, en colère vous n’arrivez pas à dormir et là; illumination ! Vous cherchez une « solution pour être en paix » sur des blogs ou en lisant certains ouvrages. Oui je suis passé par là et oui je suis tombé sur des articles, des podcasts ou des livres qui préconisent que dans la vie, pour être heureux, il faut lutter contre ses pensées négatives. Ça vous dit quelque chose ? Vous êtes d’accord avec ce genre de concept ?
Et bien pas moi et je vais vous expliquer pourquoi.

 

D’après vous quel est le problème ?

Si nous devons lutter contre les pensées négatives cela sous entend que le problème vient de la négativité de certaines pensées. Cela signifie que nous n’acceptons pas les négatives. Venez les positives vous pouvez passez. Par contre les négatives ne passent pas désolé. Attendez un peu! Qui se permet de juger que certaines pensées sont négatives ? N’est ce pas la encore une interprétation de notre mental ? Le fait même de condamner ou de refuser certaines pensées est une pure activité de notre mental. Essayer de comprendre le paradoxe. La négativité en elle-même est un concept, un jugement, une pensée. Le combat lui aussi est un concept, un jugement une pensée.

Visualisez le champ de bataille, je prend la pensée « combat » pour allez « détruire » la pensée « négative » . Ne voyez vous pas que c’est tiré par les cheveux ? Les sages orientaux comme Osho ont l’habitude de comparer ce paradoxe à un chien qui tente de se mordre la queue. Lutter contre les pensées négatives c’est comme essayer de brûler un feu pour essayer de l’éteindre. Bien évidemment ça ne fait que le raviver.

 

On s’est trompé de coupable !

Interpréter une pensée comme négative amène de la dualité (bien, pas bien). Ce que nous souhaitons éviter puisque ce que nous recherchons principalement est un état de paix. Un état de sérénité que l’on souhaite retrouver instantanément au moment ou l’on en a besoin. Nous ne cherchons pas à nous transformer en mollusque on est bien d’accord ? Ce que j’essaye de dire c’est que je ne cherche pas à l’inaction.

 

Comment sortir de la dualité?

La négativité est une absence de quelque chose. Au début j’utilisais certaines techniques pour esquiver le mental. Je me concentrais sur ma respiration, je parcourais mes sensations (vue, ouie, odorat, toucher). Lorsque je pratique certaines séances de méditations oui ces techniques sont utiles. Mais si on est colère alors on ne fait que refouler, esquiver, échapper.

 

Comment faire face aux pensées « négatives » ?

La négativité c’est l’absence de joie et de plaisir. Aimer sincèrement ses propres pensées pour ce qu’elles sont, fait la différence. Trouver l’action qui amènera la joie et le plaisir manquant fait la différence. Je parle de comprendre la nature de ses propres pensées pour les aimer pour ce qu’elles sont et rien d’autre. Elles ne vous appartiennent pas, elles ne font que passer. Elles arrivent, vous les comprenez, vous les reconnaissez pour ce qu’elles sont et vous les laissez partir. Bien sûr que si nous devons agir en conséquence alors nous agissons. La seule différence avec cette approche de la négativité est que nous ne refoulons plus nos pensées. Nous les acceptons et agissons l’esprit léger. Nous sommes détachées de nos pensées pour se plonger dans l’action nécessaire.

 

J’ai rédigé cet article parce que je me suis rendu compte qu’il y avait pas mal d’incompréhension sur ce sujet. Que vous soyez d’accord ou non n’hésitez pas à partager votre point de vue.