3 notions à s’approprier absolument pour être heureux!

J’ai commis une erreur il y a quelques années. Je pensais que le bonheur était un but que j’allais atteindre uniquement si j’arrivais à réunir certaines conditions de vie (logement, salaire, autonomie etc…). Seulement une fois mon but atteint j’ai découvert que rien n’avais changé pour moi dans ma vie. J’étais resté la même personne.

Après m’être avoué être incompétent dans ce domaine j’ai cherché à savoir si quelque part des gens en savaient plus que moi sur le sujet et pourraient me l’enseigner.

Dans toutes mes recherches je ne retiendrais que 2 livres. L’Art du bonheur : Sagesse et sérénité au quotidien qui m’a déconditionné et reconditionné sur ma perception du bonheur puis Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) : Introduction à la Communication Non Violente qui m’a donné des outils pratiques pour améliorer ma relation aux autres.

Le bonheur, objectif ou état ?

Le bonheur n’est pas un objectif mais un état d’esprit à cultiver. On peut voir le bonheur comme un sport qu’il faut pratiquer non pas 2H par jour mais dans les situations difficiles ou l’on en a le plus besoin (en colère, énervé, triste ou déprimé). Dans l’art du bonheur du Dalaï Lama on nous apprend à identifier et cultiver les états d’esprits qui mènent au bonheur. Voici les 3 ingrédients que j’ai retenus : la tolérance, la compassion et le lâcher prise.

1 Réapprendre la tolérance.

Pensez au premier homme qui a affirmé que la terre était ronde. Bien sûr aujourd’hui la majorité des personnes sont d’accord sur ce point. Mais essayez de vous mettre à la place de toutes les autres personnes qui avaient cette croyance inébranlable que la terre était plate.

Aujourd’hui encore certaines personnes ont des croyances inébranlables sur certains sujets comme l’homosexualité ou d’autres débats d’actualités. Imaginez maintenant 2 personnes qui prennent la tour Eiffel en photo avec un angle de vue différent. Imaginez maintenant que ces 2 personnes se disputent car elles pensent chacune avoir la photo la plus fidèle du monument. Comme moi vous savez que c’est ridicule. Pourtant lors de certains conflits relationnels (et j’en ai eu) nous sommes un peu comme ces deux photographes à défendre aveuglement nos points de vue. En pensant aveuglément que si l’on a tort alors son identité propre est remise en question. Bien sûr qu’on a le droit de défendre ses idées, je parle ici uniquement des cas extrêmes.

Est-ce que cela signifie que je ne dois pas me battre pour un idéal ?

Nous avons le droit de nous battre pour défendre nos idées. Nous pouvons également nous battre en pleine conscience du point de vue de l’autre et mener un combat pacifique empreint de compréhension. A partir du moment où l’on sait identifier l’angle de vue qu’une personne a sur notre sujet alors on est à même d’identifier les points communs entre nos différentes photos pour les éclairer à la lumière de la tolérance.

2 Faire preuve de compassion.

Je me rappelle au début je suis tombé dans le piège qui consiste à penser que la compassion signifie être gentil. Je m’étais totalement planté, en fait faire preuve de compassion signifie « se mettre à la place de l’autre dans l’intention de l’aider ». Pour pouvoir faire preuve de compassion envers autrui et plus précisément envers les gens que l’on n’aime pas (ou du moins pas encore) il faut pouvoir considérer son prochain comme son égal. L’accepter de la même façon que soi-même sans jugements ni critiques. En fait il faut être tolérant.

Par exemple si quelqu’un m’insulte je ne vais bien sûr pas réagir à cette insulte de manière automatique car je sais ‘lacher prise’ mais je vais me mettre à sa place pour comprendre sa réaction et lui indiquer que m’insulter ne sert pas ses intérêts. Moi aussi en lisant cela j’ai eu l’impression d’avoir à faire au monde des bisounours, nous verrons par la suite comment cela se traduit concrètement.

Est-ce que je dois me transformer en paillasson ?

Non bien sûr, avant de faire preuve de tolérance et de compassion envers quelqu’un d’autre il faut savoir en faire en preuve envers soi-même lorsque l’on commence à se mettre en colère. Après expérience je dirais que cette technique fonctionne si on peut ressentir la colère de l’autre personne sans lui accorder son attention, si on est capable d’apporter de la bienveillance à cette colère et de la transformer alors oui cette technique est valable, si on n’arrive déjà pas à ‘lâcher prise’ sur ses propres émotions il ne sert à rien de s’efforcer de se mettre à la place des autres. Je rappelle que nous ne sommes pas responsables des sentiments d’autrui. Si on prend l’exemple du sport, nous allons ressentir la difficulté qu’une personne a pour réaliser un exercice puis nous allons l’aider avec le recul et l’expérience que l’on a de cet exercice, en aucun cas on ne fait l’exercice à sa place.

Commencez par mettre tous les êtres humains sur le même pied (et plus particulièrement les personnes que l’on n’aime pas). Arrêtez de succomber à la tentation de juger et critiquer. Partez du principe que chaque être humain partage le même objectif d’être heureux dans sa vie. Trouvez les points communs qui permettent d’éclairer la différence de vos points de vue.

Lorsque vous aurez rempli ces conditions alors là vous pourrez faire preuve de compassion. Vous adresserez vos critiques et vos remarques non plus dans le seul but de juger mais dans le but d’aider les autres et par la même occasion de vous aider vous-même en ayant le courage de vous battre pour vos idées.

3 Finalement lâchez prise.

Cet exercice vous permet de vous détacher de vos émotions et de vos pensées lorsque ce n’est pas utile. Il y a un temps pour l’action et un temps pour mettre de coté les bagages inutiles qui nous encombrent et nous empêchent d’avancer. Vous aurez plus de détail dans cet article ….

Souhaitez-vous connaître une méthode d’application pratique de cette théorie ?

Alors d’après vous quels sont les ingrédients qui manquent à cette liste ?

Publié par

Brice

Brice est praticien PNL installé à Paris. Sa spécialité est d’enseigner comment gérer ses émotions, augmenter son temps libre, son énergie, et comment gérer les conflits grâce aux outils de la CNV. Il a publié dernièrement une formation en ligne gratuite « ZEN & Libéré »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge